3,752,224
Élèves formés
Gerry Clarke, directeur adjoint de l’enseignement et adjoint au secrétaire trésorier Commission scolaire du district catholique d’Ottawa-Carleton

Gerry Clarke savait que toute difficulté qu’il aurait à surmonter pour mettre sur pied le premier programme de RCR au secondaire en vaudrait largement la peine.

« J’ai à cœur de donner aux adolescents des moyens d’agir. Ils veulent être des meneurs, mais il leur faut une formation adéquate, précise M. Clarke, directeur adjoint de l’enseignement pour la commission scolaire du district catholique d’Ottawa-Carleton. Le programme d’ACT offre cette formation au leadership, parce qu’il enseigne aux jeunes à administrer la RCR et peut-être même à sauver une vie. »

En 1993, ACT a demandé l’aide de Gerry Clarke, alors directeur de commission scolaire, pour présenter le programme de RCR au secondaire à toutes les commissions scolaires d’Ottawa. Il a accepté avec enthousiasme et s’est efforcé de rallier les autres directeurs de la région.

« Pour que cela se réalise, je savais que je devais obtenir l’engagement de la direction », explique Gerry Clarke.

Avec le soutien de Gerry Clarke au sein des rangs de la commission scolaire, les administrateurs de la commission scolaire ont accepté d’ajouter l’enseignement de la RCR au programme d’éducation physique, sous réserve du financement des mannequins dans la collectivité. Le Club Kiwanis d’Ottawa a relevé ce défi et a rapidement versé des fonds pour l’achat des mannequins destinés aux écoles. Le programme a démarré en septembre 1994.

Gerry Clarke n’en est pas resté là. Il a demandé à une recherchiste, la Dre Marilyn Kasian, de documenter les résultats du programme. Après avoir recueilli des données dans les six commissions scolaires, la Dre Kasian a constaté que la RCR était l’une des composantes du programme d’éducation physique et de santé qui remportait le plus de succès. Ces résultats ont contribué à convaincre le ministère de l’Éducation de l’Ontario d’ajouter la RCR au programme d’études de 9e année à la grandeur de la province.

Gerry Clarke donne le conseil suivant au sujet du programme de RCR au secondaire : « Si cela vous intéresse de parrainer le programme de RCR au secondaire, à l’échelle locale ou provinciale, assurez-vous d’abord de rencontrer les principaux décideurs. »

Le Programme de RCR au secondaire d’ACT a été instauré à Ottawa grâce à la généreuse contribution des partenaires d’ACT communitaire dont Club Kiwanis d’Ottawa, et partenaires provinciaux, le gouvernement de l’Ontario, Hydro One et la Fondation Trillium de l’Ontario. Les mannequins et les ressources didactiques ont ainsi pu être donnés gratuitement à l’école et les enseignants ont été formés pour devenir instructeurs en RCR auprès de leurs élèves.

Les partenaires principaux d’ACT, provenant du secteur de la recherche pharmaceutique, ont également contribué à l’instauration du programme. Il s’agit de : AstraZeneca, Bristol-Myers Squibb Canada, Pfizer Canada et sanofi-aventis. Ces compagnies fournissent à ACT son financement de base et partagent le même objectif, soit de promouvoir la santé et d’apprendre aux Canadiens à sauver des vies.

La Fondation des soins avancés en urgence coronarienne (ACT) est un organisme de bienfaisance national, primé, dont la mission est d’établir l’enseignement de la RCR dans les écoles secondaires partout au Canada. ACT amasse les fonds afin que soient donnés aux écoles, gratuitement, les mannequins, la formation des enseignants, les manuels et tout autre matériel. ACT assiste également les écoles dans la mise sur pied du programme et dans son maintien à long terme. Les enseignants apprennent la RCR à leurs élèves dans le cadre du programme d’études régulier. Jusqu’à maintenant, plus de 900 000 jeunes ont déjà appris la RCR par le biais de ce programme salvateur.