3,868,096
Élèves formés
Une enseignante de Sudbury passe à l’action lorsque sa fille commence à s’étouffer

C’était en 2007, quelques semaines après Pâques; Véronique mangeait des œufs miniatures en chocolat tout en parlant. Après avoir donné un chocolat à sa mère, elle en a mis un autre dans sa bouche.

« Véronique a dû respirer en même temps, parce qu’en me retournant je l’ai vue se lever les mains et se prendre le cou », confie Claire. L’œuf était pris dans sa gorge. « Je lui ai demandé si elle pouvait avaler, mais elle m’a fait comprendre que non. Je lui ai dit que j’allais lui faire la manœuvre de Heimlich. »

Claire, qui est professeur d’anglais à l’École secondaire catholique Champlain, avait appris la manœuvre de Heimlich quelques mois auparavant grâce au Programme de RCR au secondaire d’ACT. Ayant été formés pour enseigner à leurs élèves le programme d’ACT, les professeurs d’éducation physique de l’école ont décidé d’étendre l’enseignement de la RCR à tous les membres du corps professoral.

Ainsi Claire a mis en pratique ce qu’on lui enseigné. Elle s’est placée derrière sa fille et lui a fait une forte poussée abdominale. L’œuf de chocolat est aussitôt ressorti.

« Ma fille a été surprise de la force avec laquelle l’œuf est ressorti. Elle s’est mise à pleurer », poursuit Claire.

Elle ajoute que les mots que lui a ensuite adressés sa fille sont des mots qu’une mère ne peut jamais oublier.

« Elle m’a regardée et m’a dit : “Maman, tu m’as sauvé la vie” », souligne l’enseignante.

Même si l’incident n’a duré que quelques minutes, Claire dit que ces minutes ont été très éprouvantes pour elle et sa fille. « Pendant toute la nuit, j’ai pensé à ce qui aurait pu se produire si je n’avais pas su quoi faire. Le lendemain, à l’école, j’ai remercié les deux enseignants qui m’ont donné ma formation, formation sans laquelle je n’aurais pas pu savoir ce qu’il fallait faire. »

Claire dit qu’elle n’oubliera jamais la valeur de ses connaissances; elle estime que toutes les écoles devraient offrir le Programme de RCR au secondaire d’ACT. « Je m’étais moi-même fait dire pendant des années que je devrais apprendre la RCR », conclut-elle.

La mise sur pied du Programme de RCR au secondaire d’ACT a eu lieu à l’école l’École secondaire catholique Champlain grâce à l’aide généreuse des partenaires, tant au niveau communautaire que provincial, ce qui a permis de donner gratuitement les mannequins, les ateliers de formation des enseignants et les ressources didactiques. Les partenaires communautaires à Sudbury sont Inco ltée, les urgentologues de l’Hôpital Régional de Sudbury et Tracks and Wheels. Les partenaires provinciaux du programme en Ontario sont le Gouvernement de l’Ontario, Hydro One, Shoppers Drug Mart et la Fondation Trillium de l’Ontario.

La Fondation (ACT) des soins avancés en urgence coronarienne est un organisme de bienfaisance maintes fois primé ayant pour mission de mettre en place un programme de RCR dans les écoles secondaires du Canada. ACT organise le financement nécessaire afin que soient donnés gratuitement aux écoles les mannequins, les ateliers de formation des enseignants, les manuels et le matériel scolaire, et aide également les écoles à rendre le programme viable à long terme. Les enseignants apprennent la RCR à leurs élèves dans le cadre du programme scolaire. Jusqu’à maintenant, plus de 900 000 jeunes ont reçu la formation en RCR par le biais du Programme de RCR d’ACT.

Les principaux partenaires qui soutiennent le programme au Québec et à travers le Canada sont des entreprises du secteur de la recherche pharmaceutique: AstraZeneca, Bristol-Myers Squibb Canada, Pfizer Canada et sanofi-aventis. Ils fournissent à ACT son financement de base et partagent l’objectif national de la Fondation, soit de promouvoir la santé et d’apprendre aux Canadiens à sauver des vies.