3,868,096
Élèves formés
Dix ans après avoir obtenu son cours de RCR au secondaire, Ross sauve la vie de Arnie!

Alors qu’il dînait avec son épouse à leur restaurant favori le 3 mars 2005, l’homme d’affaires de 67 ans s’écroulait victime d’un malaise cardiaque.

“La dernière chose dont je me souvient c’est d’être assis à table et puis, c’est le néant” avoue Arnie. ” Je ne me souviens pas d’avoir commandé à boire, ou de me sentir drôle, rien de la sorte.”

Arnie était allé chercher Sarah qui revenait de New York par avion, après avoir rendu visite à leur fils. Elle suggéra qu’ils se détendent en allant chez Ciccio pour un dîner d’amoureux. On leur donna leur table favorite dans un coin du restaurant, et un serveur bien connu des habitués prit leur commande.

Arnie se leva subitement, dans ce qui semblait être un effort d’égaler les plaisanteries de leur serveur. Mais ses gestes devinrent rapidement désordonnés et il s’éffondra suite à un malaise cardiaque.

Ross qui dînait en famille ne perdit pas de temps à venir à la rescousse. Il pratiqua une RCR de deux personnes avec l’aide de sa mère Lise, une infirmière, jusqu’à ce que les ambulanciers arrivent.

Ross fait partie de la première classe qui fut formée en RCR lors du projet pilote de RCR au Secondaire de la Fondation ACT qui se tint à Ottawa en 1994. C’est en grande partie grâce à lui que Arnie a eu la vie sauve.

Ross est très modeste quant à son rôle de sauveteur.

“J’essaye de garder les choses en perspective” dit le jeune homme de 24 ans. “Ce sont des choses qui arrivent, c’est bien de pouvoir venir en aide à quelqu’un – c’est arrivé très vite – dans ce cas là, on ne pense pas, on agit. D’une façon ou d’une autre, on se sent capable…On fait ce qu’il y a à faire.”

Sarah est encore secouée par ce qui s’est passé.

“C’est tellement incroyable …Cette tragédie a marqué nos vies de façon indélébile” dit-elle.

La famille de Annie dit que cet incident leur a rappelé de façon indéniable combien il était important d’être préparé en cas d’urgence. Ils étaient tellement désireux de partager cette conviction avec d’autres personnes, qu’ils ont parrainé une formation en RCR pour leur paroisse, Machzikei Hadas, par le biais de la Fondation ACT, en juillet 2005.

” Il n’y a pas de don plus important que l’on puisse faire à sa communauté que de lui permettre de former ses citoyens en RCR” de dire Arnie. “Personne n’y pense, jusqu’au moment où il y a un problème. Ça aurait pu m’arriver quand j’étais en route pour l’aéroport, dans la cuisine alors que j’étais seul…Je suis profondément reconnaissant envers Ross et la Fondation ACT.”