3,752,224
Élèves formés
Un élève de 17 ans sauve son ami de l’étouffement

C’était un mardi midi comme les autres, Frédéric, 17 ans, et Miguel, 16 ans, dinaient avec leurs amis autour de la table à la cafétéria de leur école dans la municipalité de Saint-Martin-de-Beauce au Québec.

« J’étais en train de parler avec mon ami tout en prenant une grosse bouchée de poulet. J’ai ri en avalant, et la nourriture est restée coincée. Je ne pouvais plus respirer », se rappelle Miguel.

Au début, ses amis pensaient que c’était une blague, mais en voyant que la face de Miguel changeait de couleur, ils ont vite réalisé que c’était sérieux. Un de ses amis, ne sachant pas comment réagir, s’est mis à appeler à l’aide. C’est à ce moment-là que Frédéric s’est retourné. Dès qu’il a compris ce qui se passait, il est intervenu pour aider Miguel, qui s’était levé pour faciliter la procédure.

« Je me suis placé derrière lui et j’ai positionné mes mains à la bonne place. Le cours m’a aidé à savoir quoi faire », explique Frédéric qui a appliqué une seule forte poussée abdominale et le morceau de poulet est sorti de la bouche de Miguel. Soulagé, ce dernier a pu reprendre son souffle.

QuoteFR

Frédéric avait suivi la formation de RCR et de défibrillation au secondaire d’ACT, un an avant l’incident. La formation était offerte par Éric Dallaire, son enseignant d’éducation physique. « Je n’ai jamais suivi ce cours auparavant, alors ça m’a aidé à positionner mes mains et à savoir quoi faire. Un de mes amis n’avait pas suivi la formation, alors il ne savait pas comment réagir. Si je n’avais pas été là, ça ne se saurait peut-être pas passé aussi bien » raconte-il. « En suivant mon cours l’an passé, je ne pensais pas que je m’en servirais dans la vie. Et c’est ce que tout le monde pense, mais en réalité ça peut servir n’importe quand et personne n’est à l’ abri»

« Les jeunes voient la nécessité du programme et ils sont définitivement conscientisés de l’importance de ce cours. » Éric Dallaire, enseignant, affirme que non seulement le cours fournit à ses étudiants les compétences nécessaires pour sauver une vie, mais les arme également d’une grande confiance dans d’autres aspects de leur vie. « Les élèves sont de plus en plus intéressés à apprendre la RCR. Pour plusieurs, les cours de RCR leur permettent d’obtenir un emploi d’été, » témoigne-t-il.

Le Programme de RCR au secondaire d’ACT a été mis sur pied à la Polyvalente de Frédéric et de Miguel, à Saint-Martin-de-Beauce au Québec grâce au soutien du Gouvernement du Québec. En 2013, l’enseignement de la défibrillation a été intégré au programme de RCR de l’école secondaire de Frédéric et de Miguel, grâce à la Fondation Boston Pizza, à AstraZeneca Canada, à Pfizer Canada et à Sanofi Canda.

La Fondation des soins avancés en urgence coronarienne (ACT) est un organisme de bienfaisance national, maintes fois primé dont la mission est d’enseigner la RCR et la défibrillation dans toutes les écoles secondaires du Canada. ACT trouve le financement nécessaire pour que les écoles reçoivent les mannequins et que les enseignants soient formés, et elle guide les écoles dans la mise sur pied d’un programme viable. A ce jour, plus de 3,2 million de jeunes ont appris la RCR de leurs enseignants par l’entremise de ce programme qui sauve des vies.