3,868,096
Élèves formés
À Montréal, un étudiant réagit rapidement lorsqu’un homme s’écroule lors d’un mariage

On ne sait jamais quand un élève aura à mettre en pratique les techniques apprises par le biais du Programme de RCR au secondaire d’ACT et Jonathan, 17 ans, en a eu la preuve tandis qu’il se trouvait à son lieu de travail où il occupe un poste à temps partiel.

Jonathan travaillait comme aide-serveur dans un hôtel de Montréal lorsqu’une femme s’est précipitée dans le hall en criant à l’aide.

« Elle avait l’air pas mal apeurée », affirme Jonathan. La femme l’a mené à un homme plus âgé qui s’était écroulé.

« Il ne bougeait pas et sa bouche était ouverte », se rappelle Jonathan. « Alors je me suis frayé un chemin à travers les autres serveurs et j’ai essayé de le réveiller. »

Ensuite, Jonathan affirme qu’il s’est rapidement rendu compte que l’homme ne respirait pas.

« J’ai touché à son cou pour tenter de trouver son pouls et il n’y en avait pas », dit Jonathan. « J’ai donc demandé à la femme qui était venue me chercher de composer le 911. »

Avant que Jonathan ne puisse commencer à pratiquer la technique de RCR qu’il avait apprise quelques deux années auparavant à l’école secondaire LaurenHill Academy de Montréal, un docteur s’est avancé et a pris la relève.

La façon dont Jonathan a agi est incroyable.

« Il s’était déjà engagé », affirme Russell, le professeur d’éducation physique de Jonathan. « Il a pris la situation en main, il a positionné l’homme adéquatement, il a demandé aux témoins d’aller chercher de l’aide et il a fait en sorte que les ambulanciers arrivent rapidement. Tout était bien en place lorsque le docteur est arrivé. »

Russell enseigne le Programme de RCR au secondaire d’ACT depuis 1997, soit depuis la mise sur pied du programme-pilote à Montréal.

« Je suis le plus grand partisan de ce programme », dit-il. « Il ne peut y avoir plus grand admirateur du Programme de RCR au secondaire d’ACT : c’est la chose la plus importante qu’ils apprendront à l’école secondaire. »

« Ces choses arrivent », dit-il. « La vie vous met devant ce genre de situation et vous devez être capable de rester calme, vous souvenir de votre formation et agir. C’est ce que j’enseigne. »

Russell affirme que lui et ses collègues sont très fiers de Jonathan.

« Lorsque quelque chose comme cela se produit, vous devez prendre une décision : demeurer un spectateur ou devenir un contributeur majeur », affirme Russell. « Jonathan a été un contributeur majeur. »

Le Programme de RCR au secondaire d’ACT a été possible à Laurenhill Academy grâce à la généreuse contribution des partenaires québécois d’ACT : Banque Scotia, la fondation de la famille J.W. McConnell, McKesson Canada, le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec et la Financière Sun Life. Les mannequins et les ressources didactiques ont été donnés à l’école et les enseignants ont été formés en tant qu’instructeurs de RCR afin qu’ils puissent l’enseigner à leurs élèves.

Les partenaires principaux d’ACT sont des compagnies provenant du secteur de la recherche pharmaceutique : AstraZeneca, Bristol-Myers Squibb Canada, Pfizer Canada et sanofi-aventis. Ils fournissent à ACT son financement de base et partagent le même objectif national de la Fondation, soit de promouvoir la santé et d’apprendre aux Canadiens à sauver des vies.

La Fondation des soins avancés en urgence coronarienne (ACT) est un organisme de bienfaisance primé dont la mission est d’instaurer l’enseignement de la RCR dans toutes les écoles secondaires du Canada. ACT amasse des fonds pour que soient donnés aux écoles les mannequins, la formation des enseignants, les manuels et tout autre matériel. La Fondation assiste également les écoles dans la mise sur pied du programme afin d’en assurer la viabilité à long terme. Les enseignants apprennent la RCR à leurs élèves dans le cadre du programme régulier de formation. À ce jour, plus de 900 000 jeunes ont appris la RCR par le biais de ce programme salvateur.