3,793,120
Élèves formés
Des coéquipiers et un DEA sauvent une vie

Un soir de janvier, Roger, un homme de 50 ans, participait à un match hebdomadaire de hockey récréatif à l’aréna Memorials Gardens de North Bay. Comme il n’y avait que 10 joueurs, le jeu était intense et les changements étaient fréquents.

Mais ce soir-là, Roger a remarqué que les douleurs thoraciques qu’il ressentait à l’occasion étaient plus fréquentes que d’habitude. « J’en suis venu à ressentir des douleurs pendant presque toute la partie. Non pas quand j’étais sur la glace, mais quand je revenais au banc. J’avais l’impression qu’un couteau me transperçait le cœur. J’ai ressenti une douleur aiguë, mais ça n’a pas duré longtemps. »

« J’étais dans le déni; je me disais que la douleur passerait, poursuit Roger. J’ai quitté la glace au dernier changement de joueurs et je me souviens d’avoir pensé qu’il se passait quelque chose. Je me suis penché un peu en me disant que je devrais aller à l’hôpital, tellement j’éprouvais une étrange sensation. Je me suis penché un peu plus, puis j’ai perdu connaissance. Je n’ai rien senti. C’est à ce moment-là que j’ai subi un arrêt cardiaque. »

Bruce était sur la glace quand il s’est aperçu qu’il y avait de l’agitation autour du banc des joueurs. « J’ai patiné jusqu’au banc et j’ai vu qu’un de nos joueurs était affaissé, le visage contre le banc, souligne Bruce. Tout le monde pensait que notre joueur venait de trébucher. Mais son visage n’aurait pas pu être plus bleu. J’ai tout de suite compris qu’il avait des problèmes et je me suis dirigé vers le hall d’entrée où je savais que le défibrillateur se trouvait. »

Pendant que Bruce était parti, patins aux pieds, chercher l’appareil de secours, ses coéquipiers ont appelé le 911 et ont commencé à faire des compressions thoraciques. « J’ai rapporté le défibrillateur et nous l’avons ouvert. Je m’étais familiarisé avec l’appareil pendant la formation que nous avions reçue à l’école; je m’en suis donc servi sur Roger. Le défibrillateur nous a commandé de nous éloigner, puis il a envoyé un choc. »

Bruce, un administrateur d’école, avait appris à se servir d’un défibrillateur externe automatisé (DEA) en juin 2012 dans le cadre du Programme de RCR et de défibrillation au secondaire d’ACT. Le programme a été mis sur pied à l’école secondaire catholique St. Joseph Scollard-Hall en 2011 avec l’appui des partenaires provinciaux d’ACT, du gouvernement de l’Ontario, d’Hydro One, de la Fondation Trillium de l’Ontario ainsi que des partenaires nationaux d’ACT du secteur de la santé, soit AstraZeneca Canada, Pfizer Canada et Sanofi.

« L’appareil lui a donné un choc et il a réagi. Il a ouvert les yeux. Nous avons commencé à lui parler et il nous comprenait. » Roger a ensuite été amené à l’hôpital où les médecins lui ont débloqué une artère.

Roger a recommencé à avoir une vie active et bien remplie, notamment à pratiquer le sport qu’il aime. « Il a recommencé à jouer environ un mois plus tard. Il est en grande forme! Si on faisait une liste des joueurs à risque sur cette patinoire, il serait certainement au bas de la liste », conclut Bruce. « J’y vais peut-être un peu plus mollo qu’avant, je n’y mets pas autant de zèle. Je ne joue plus à l’avant mais à la défense », ajoute Roger en riant.

Bruce a vécu une expérience de vie réelle que les professeurs d’éducation physique de son école et lui-même peuvent raconter aux élèves de 9e année lorsqu’ils apprennent la RCR. « Je leur raconte mon histoire; je leur explique ce qui s’est passé et je leur fais comprendre à quel point cette formation est importante. Ça fonctionne et ça permet de sauver des vies. »

La Fondation des soins avancés en urgence coronarienne (ACT) est un organisme de bienfaisance national, mainte fois primé dont la mission est d’enseigner la RCR et la défibrillation dans toutes les écoles secondaires du Canada. ACT trouve le financement nécessaire pour que les écoles reçoivent les mannequins et que les enseignants soient formés, et elle guide les écoles dans la mise sur pied d’un programme viable. A ce jour, plus de 2,6 million de jeunes ont appris la RCR de leurs enseignants par l’entremise de ce programme salvateur.