3,678,384
Élèves formés
Une élève en 12e année aide une jeune fille ayant des convulsions

C’était un après-midi du mois de juin et Nicole, une élève de la 12e année à London en Ontario, faisait un parcours de fentes accompagnée d’une élève de la 9e année dans le cadre du cours de leadership en éducation physique. « Alors qu’on s’apprêtait à passer au parcours suivant, la fille avec qui j’étais jumelée a soudainement figé avec des poids dans ses mains », se souvient Nicole.

Pensant que la jeune fille n’avait pas bien compris les directives, Nicole a enlevé les poids de ses mains. « Soudainement, elle s’est mise à tomber vers l’arrière. J’ai fait de mon mieux pour ralentir la chute afin que sa tête ne frappe pas le sol », explique Nicole. Une fois par terre, l’élève de la 9e année s’est mise à trembler d’une façon incontrôlable.

Nicole se rappellera toujours de la scène de cette élève en crise de convulsions. Tandis que son enseignante composait le 9-1-1, Nicole vérifiait ses signes vitaux. Après s’être assurée que la jeune fille respirait et avait un pouls, Nicole a mis la jeune dans la position de récupération, en prenant soin de placer un chandail sous sa tête afin de la protéger. « J’étais surprise d’être demeurée aussi calme», dit Nicole. « Je savais que je me devais de rester calme vu que ça réconfortait l’étudiante », ajoute-t-elle.

Lorsque la jeune fille a cessé de convulser, Nicole s’est mise à lui parler. « Je lui demandais des questions simples. Au départ, elle ne répondait pas, mais j’ai persévéré. J’ai continué à lui demander les mêmes questions jusqu’à ce qu’elle commence à répondre ».
Nicole-quote-FR
À l’arrivée de l’ambulance, la jeune fille était prise de panique, mais Nicole l’a réconfortée. « Je lui ai dit que tout allait bien et qu’ils étaient là pour l’examiner ». Nicole est restée auprès de l’étudiante jusqu’à ce qu’elle soit emmenée à l’hôpital.

Parlant de l’événement, Nicole dit: « Je n’avais jamais été dans une telle situation. Je devenir pompier et cette expérience m’a certainement donné la préparation nécessaire pour savoir quoi faire ». Après l’incident, la jeune fille a contacté Nicole pour la laisser savoir qu’elle était une source d’inspiration.

« L’enseignement de la RCR aux étudiants dans le programme d’éducation physique et à la santé au secondaire est d’une grande valeur. Tous les étudiants doivent suivre au moins un cours d’éducation physique et à la santé durant leurs études secondaires. La plupart des étudiants suivent ce cours de façon obligatoire en neuvième année. Par conséquent, nous avons la possibilité d’influencer positivement chaque année la plupart des étudiants en neuvième année à notre école », dit Jodie Hauch, Responsable du département d’éducation physique et à la santé.

« Être formé en RCR est tellement important. S’il arrive un événement comme celui-ci, vous êtes préparés à réagir et vous savez quoi faire », témoigne Nicole. « Ça fait aussi bonne impression dans notre curriculum vitae. Je prends des cours de soccer l’université du Cap-Breton, et mon programme requiert que je sois formée en RCR », ajoute-t-elle.

Le Programme de RCR et défibrillation au secondaire d’ACT a été mis sur pied au H. B. Beal Secondary School à London, Ontario grâce au soutien des partenaires provinciaux, le Gouvernement de l’Ontario, Hydro One et La Fondation Trillium de l’Ontario, ainsi que les partenaires du milieu de la santé, AstraZeneca Canada, Sanofi Canada et Amgen Canada.

La Fondation des soins avancés en urgence coronarienne (ACT) est un organisme de bienfaisance national, maintes fois primé dont la mission est d’enseigner la RCR et la défibrillation dans toutes les écoles secondaires du Canada. ACT trouve le financement nécessaire pour que les écoles reçoivent les mannequins et que les enseignants soient formés, et elle guide les écoles à mettre sur pied un programme viable. À ce jour, plus de 3,6 millions de jeunes ont appris la RCR de leurs enseignants par l’entremise de ce programme qui sauve des vies.